En tant qu’indépendant il est légitime de s’inquiéter pour la stabilité de son activité. La période actuelle du coronavirus amène à se questionner sur les moyens disponibles pour sécuriser son activité professionnelle en période de crise.

Le coronavirus implique la fermeture de certains cabinets tels que ceux des dentistes, des kinésithérapeutes, des ostéopathes ou encore des orthophonistes etc.

Cela étant si la France est actuellement touchée par la crise du coronavirus, la question de sécuriser son activité peut se poser dans n’importe quel contexte de crise.

Exercer en SELARL c’est d’abord protéger son patrimoine personnel et sa famille et ainsi se protéger de la pire des hypothèses, à savoir la faillite de votre activité.

Si un cabinet exploité en SELARL ferme, ses dettes ne sont pas reportées sur le patrimoine personnel du dirigeant : elles sont « effacées » avec la fermeture du cabinet.

Exercer en SELARL, c’est également pouvoir construire une trésorerie solide qui vous permet de maintenir votre rémunération en période de crise.

En effet, le fait d’être en SELARL permet de mettre de l’argent de côté bien plus facilement qu’en entreprise individuelle pour une raison simple :

  • Si vous êtes en entreprise individuelle, l’argent mis de côté est imposé aux cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu soit généralement entre 50% et 70% selon le montant des revenus.
  • En SELARL l’argent mis de côté en trésorerie est simplement soumis à l’impôt sur les sociétés, actuellement de 15% jusqu’à 38.120€ de bénéfice, puis de 28% pour le surplus (ce taux sera abaissé à 25% en 2022).

Et si besoin la trésorerie ainsi mise de côté peut également être réinvestie comme nous l’avons évoqué dans cet article : comment réinvestir la trésorerie de ma SELARL.

Enfin, il nous paraissait utile de rappeler à tous les indépendants les mesures actuellement mises en place :

– Report des charges sociales : les prélèvements URSAFF du 20 mars 2020 n’ont pas été effectuées. Il s’agit d’un report et non d’une annulation. Le montant de l’échéance de mars doit être reportée sur les autres échéances, de manière lissée. De nouvelles mesures seront peut-être annoncées.

– Aide de 1.500 euros versé par l’Etat : le gouvernement a mis en place un fond de soutien. Ainsi si vous faites l’objet d’une fermeture administrative ou si votre chiffre d’affaires de mars 2020 a baissé de 70% ou plus par rapport à votre chiffre d’affaires 2019, vous pouvez effectuer une demande. La demande pourra être faite par simple déclaration sur le site https://www.impots.gouv.fr/portail/ dans votre espace professionnel.